Football

Warren Chebby s’acquitte de sa dette envers la communauté de Gitega

En octroyant du matériel à l’académie de football  de Gitega, Chebby compte réparer sa dette morale envers la province qui l’a vu grandir.

Par Thierry Niyungeko

Au stade Ingoma de Gitega où se sont entraînés les enfants de l’académie de la nouvelle capitale politique du Burundi, le 2 Mai 2019, Warren Chebby qui habite en Grande Bretagne est venu distribuer près d’une centaine de chaussures de football. A 16h 30’, la voiture à bord de laquelle  se trouvait Warren Chebby et ses trois amis arrive dans les enceintes du stade Ingoma de Gitega. Au capot, trois gros ballots contenants des chaussures pour enfants footballeurs ont été déchargés pour les acheminer vers leurs bénéficiaires. Après deux heures d’attente puisque nous devrions arriver à 14h 30’, les enfants assistaient à la séance d’entraînement du club Aigle Noir. Voyant Warren Chebby qu’ils appellent affectueusement Manager et sa compagnie, la joie est perceptible sur leurs visages. Après avoir salué le staff de l’équipe qui s’entraînait cet après-midi, M. Warren obtient le demi-terrain de la pelouse synthétique pour octroyer le don qu’il a apporté pour les enfants de l’académie de Gitega. Préparateur physique de profession, il a d’abord dirigé des séances d’échauffements qui ont régalé les jeunes footballeurs durant une trentaine de minutes.

Dans la langue de Shakespeare, Warren Chebby a vivement remercié ses amis de la Grande Bretagne qui l’aident à collecter tout le matériel dont il a déjà apporté aux enfants, citant Sir Allen, Alex, Kim Cardinal et tous ses copains à Portsmouth qu’il salue de vive voix.

Du soutien apporté depuis cinq ans déjà

Sur place, des enfants arboraient des maillots que Warren Chebby leur avait dernièrement apportés à la rentrée pour laquelle il avait donné du matériel scolaire à tous les enfants de l’académie de football de Gitega. Le jeune capitaine des minimes Démocrate Uwizeye se réjouit de tout le soutien que Warren Chebby apporte à tous ses coéquipiers qui saluent cette bonne initiative qui les encouragent et les stimulent dans la pratique du ballon rond. « Même les parents nous motivent de fréquenter  cette académie grâce à la discipline qu’on nous inculque ainsi que les cadeaux de notre Manager Warren », s’enchante-t-il.

Avant réception de leurs chaussures, les enfants de l’académie de football de Gitega en pleine séance d’entraînement. ©TN/ajsburundi.org

Les responsables de cette académie projettent d’inscrire une de leurs équipes au championnat provincial de Gitega. « Nous constituerons une solide équipe sélectionnée parmi les 60 enfants dont nous envisageons de confectionner des licences pour protéger leurs carrières », prévient Idi Moussa, président de cette jeune académie. Dans l’encadrement de cette jeunesse, le président est épaulé par les coaches Majaliwa Nzeyimana et son adjoint Désiré Haguma qui a dernièrement suivi une formation de coaching en Grassroots qui est le football de base.

Une dette morale envers la ville de Gitega

Interrogé pour savoir pourquoi il a choisi de soutenir l’académie de football de Gitega alors qu’il y a d’autres enfants en besoin, Warren Chebby se dit redevable à la communauté de Gitega qui l’a vu grandir à l’époque de ses études secondaires. Reconnaissant la bonne éducation qu’il a reçue dans sa tendre jeunesse, Chebby estime que cette deuxième ville du pays lui a tout donné car c’est grâce à l’intelligence qu’il y a acquis qu’il parvient à se débrouiller partout où il va au monde. Il se rappelle du bon vieux temps quand il jouait pour le club Zèbre, ancienne gloire du football de Gitega et le manque d’équipement adapté l’a poussé à venir en aide aux jeunes qui, dans le temps, étaient comme lui. « C’est pour cela que j’ai opté à aider les enfants parce que tout bien fait à son égard n’est jamais perdu », considère-t-il.

Préparateur physique en Angleterre qui collabore avec des académies de jeunes, Warren Chebby ne peine pas de trouver les équipements qu’il apporte aux enfants de Gitega. « Comme j’ai de bons contacts là-bas, je leur ai expliqué le sous-équipement qui prévaut au pays et leur demande de nous donner le matériel de seconde main que nous collectons et je me charge de les acheminer jusqu’ici », confie-t-il.