Taekwondo

Une détection qui confirme du potentiel au Taekwondo burundais

Par Thierry Niyungeko

La Fédération Burundaise du Taekwondo (Febuta) a organisé un championnat des enfants d’entre 8 et 16 ans dans le but de détecter les talents dont regorgent les clubs affiliés.

Venus des clubs reconnus au niveau fédéral, plus d’une trentaine d’enfants initiés au Taekwondo ont disputé le championnat national de leur catégorie. Pour cette troisième édition qui intervient à la fin des vacances d’été 2019, les jeunes apprentis ont débuté par des démonstrations appelées « poomsea » dans le jargon de cette discipline sportive des arts martiaux. Des épreuves par équipes mixtes ont été livrées entre garçons et fillettes des clubs de Ngagara et Kajaga. Les parents des futurs champions ont fait le déplacement dans la salle de l’Athénée primaire de Bujumbura où se déroulent habituellement les compétitions. Un spectacle agréable à assister a été au rendez-vous, puisqu’après les séances d’exhibitions, des combats ont suivi dans le but d’évaluer le niveau pratique des jeunes compétiteurs. L’autre objectif poursuivi dans l’organisation de ce championnat, indique le président Cyprien Bigirimana, est d’inculquer l’amour de la patrie aux enfants qui seront bientôt appelés à défendre les couleurs nationales lors des compétitions internationales.

En plus de jeunes citadins, des provinces comme Bujumbura, Bubanza, Kayanza, Ngozi et Gitega ont envoyé des enfants pour participer au championnat de cette édition. Avec les deux éditions déjà tenues, le président Cyprien Bigirimana trouve qu’il y a du potentiel chez les jeunes puisque le niveau de pratique a été amélioré, ce qui présage un bel avenir du Taekwondo burundais.

Revoir en hausse le nombre de filles

Bien que les garçons se soient brillamment produits lors de ce championnat, les filles ont été moins nombreuses cette édition. Les organisateurs indiquent qu’elles avaient pourtant été nombreuses à se faire inscrire et n’ont pas été mis au courant de la raison de leurs absences. Pour Eloi Ndizeye, directeur technique national adjoint au sein de la Febuta, la fédération est entrain de mettre en place des stratégies pour revoir en hausse le nombre de filles qui s’exercent au Taekwondo. Il s’agit notamment de l’introduction de cette discipline sportive en milieux scolaires avec des clubs mixtes comprenant aussi bien des garçons que des filles. Après cette étape, le maître Ndizeye compte procéder à la sensibilisation des parents pour qu’ils laissent leurs jeunes filles s’entraîner à ce sport qu’il estime moralement éducatif pour tous ceux qui le pratiquent. Côté encadrement, la direction technique assure qu’elle ne rencontrera pas de soucis puisque des entraîneurs qualifiés sont prêts à apporter leur savoir faire dans la réalisation de cette initiative.

Voici les résultats à l’issue de ce championnat :

Minimes d’entre 8 et 10 ans :

  1. Teddy Itangishaka
  2. Francklin Ijwiryimana
  3. Fahim Muhammed
  4. Joël Ramazani

Cadets d’entre 11 et 13 ans :

  1. Aristide Igiraneza
  2. Hamza Izondorera
  3. Kelly Iteriteka
  4. Chrispin Ganza

Junior d’entre 14 et 16 ans :

  1. Darcy Sengabo
  2. Rodrigue Igiraneza
  3. Franck Igiraneza
  4. Dorian Nishimwe

Classement « poomsea » par équipes mixtes :

  1. Equipe de Kajaga
  2. Equipe de Ngagara

Classement général des médailles remportées en combats :

  1. Club Ngagara
  2. Club Kayanza
  3. Club Kanyosha
  4. Club Galerie Alexander
  5. Club Puma de Kinindo

Parmi les difficultés rencontrées dans l’encadrement quotidien des enfants, les entraîneurs signalent le manque de rafraîchissement et régime alimentaire suffisant pour la récupération des énergies dépensées lors des séances d’entraînements.