Judo

Des potentialités chez les enfants judokas au championnat national des minimes, édition 2019

Par Thierry Niyungeko

La fédération Burundaise de Judo (FBJ) a organisé le championnat national de cette édition pour les minimes. Un véritable festival sportif pour et par les enfants s’est produit en date du 16 Novembre 2019 au Judo Sport Center.

Ils sont si jeunes, passionnés et s’expriment aisément sur tatamis. Plus d’une centaine d’enfants judokas (exactement 110 dont une trentaine de filles) ont rivalisé de talents pour cette occasion. Bien qu’ils soient âgés d’entre 11 et 13 ans, les jeunes sportifs dégagent déjà une certaine maturité dans le jeu, n’hésitant pas d’enchaîner d’intéressantes combinaisons comme des grands. Fier de leurs démonstrations, le président de la FBJ Valery Manirakiza les trouve bien aguerris pour leur très jeune âge et atteste que leurs gestes techniques n’ont rien à envier à leurs grands condisciples. Après les tournois interclubs des cadets et minimes, ce championnat intervient pour mettre aux prises les meilleurs talents de judokas issus des clubs en compétition.

Satisfait, un parent qui a pratiqué le Judo et qui a accompagné sa fille pour cette occasion déclare qu’assister ce championnat lui prouve que la relève pour la génération actuelle est assurée. « Tellement les enfants ont bien joué ! », s’étonne-t-il. Une bonne progression s’observe chez les jeunes demoiselles qui pratiquent le Judo puisque les 30 inscrites dans cette compétition des minimes est le plus important effectif déjà enregistré dans cette catégorie.

Une prometteuse pépinière

Constitués d’enfants qui ont débuté entre l’âge de 5 et 7 ans, les clubs qui les encadrent dégagent un bel avenir pour la pratique du Judo au Burundi. Leur niveau de jeu est satisfaisant parce qu’ils permettent d’enchaîner deux ou trois formidables mouvements avant de marquer des points. Disposant d’un programme pour la détection de jeunes talents, le président Valery Manirakiza indique que les compétitions pour cette tranche d’âge sont désormais devenues une priorité. « Comme on a déjà organisé avec succès des championnats d’Afrique pour les Cadets et Juniors, nous devons bâtir notre Judo sur de bonnes bases pour que nos compétiteurs soient à la hauteur de rafler des médailles au niveau continental », explique-t-il. Et d’ajouter que le coaching, l’arbitrage et tout ce qui concerne les officiels pour une compétition réussie seront développés dans le but de mettre le Judo burundais sur le niveau des grandes nations de cette discipline sportive.

Vers le développement du judo féminin

Pour Mireille Harerimana, responsable de la commission Femmes au sein de la FBJ, la fédération compte revoir en hausse le nombre de jeunes filles qui pratiquent ce sport. « Nous avons un programme pour le développement du judo féminin avec l’objectif d’atteindre la parité fille et garçons dans toutes les compétitions que la FBJ va prochainement organiser », indique-t-elle. Afin d’y arriver, elle compte s’appuyer sur les anciennes judokates dans l’encadrement et la motivation de jeunes filles. Les milieux scolaires devront jouer un important rôle pour atteindre ce but et la FBJ a déjà entamé des approches avec des directeurs et professeurs d’éducation physique, ce qui a permis de mettre sur pied un championnat interscolaire. Des provinces dans lesquelles le judo féminin n’est pas beaucoup pratiqué comme Kirundo, Muyinga, Gitega, Rumonge, Kayanza, Ngozi, Rutana, Bururi à Kiryama et Bujumbura précisément à Kiyenzi  sont entrain de bénéficier des formations dans le cadre de son programme du développement.

Avec la tenue de ce championnat pour les minimes, les bonnes bases du Judo burundais sont plantées et l’avenir promet d’être meilleur et cela fait déjà la joie des amateurs de cette discipline sportive.