Athlétisme

Deux filles et deux garçons se distinguent au championnat national du Cross-country

Par Thierry Niyungeko

Le championnat national du Cross-country qui s’est déroulé le 16 Février 2020 dans les enceintes de l’ancien Bataillon Para a déterminé deux championnes et deux champions qui se sont distingués aux épreuves de leurs catégories.

En remportant les premières places des courses de leurs catégories, Francine Niyomukunzi (8 km Dames), Jean-Marie Bukuru (10 km Hommes), Irène Niragira (3 km Cadettes), Désiré Niyomwungere (4 km Hommes) se sont démarqués du lot de leurs concurrents. Les deux jeunes demoiselles et leurs compagnons des pistes portent désormais des titres de champions pour cette édition. Ils se sont distingués parmi plus d’une centaine d’athlètes qui se sont qualifiés dans 4 zones (Sud, Nord, Centre-Est et l’Ouest). La championne sur 8 Km Dames ainsi que le champion sur 10 Km Hommes sont des habitués des hauts des podiums tandis que les deux autres en sont novices. Malgré la fatigue qu’ils ont endurée le long de leurs trajets, les brillants coureurs gardent un moral d’acier à l’arrivée juste en pensant qu’ils vont être primés lors de la remise des prix. C’est le cas de Francine Niyomukunzi et Jean-Marie Bukuru qui n’ont pas tardé de nous exprimer leur satisfaction juste à la fin de leurs épreuves de 8 Km et 10 Km qu’ils ont successivement remporté avec une avance de 27 et 25 secondes sur leurs poursuivants.

Le jeune champion de 18 ans originaire de la commune Mugamba, province Bururi au Sud du pays a profité de l’absence de son frère jumeau Jean de Dieu Butoyi qui a souffert d’une élongation de muscle avant d’abandonner la course après avoir effectué quelques tours de la piste. Ce dernier s’est déjà illustré au niveau international en remportant une médaille d’Or lors des derniers Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ de Buenos Aires). Côté staff médical, le médecin Jean-Michel tranquillise en assurant que l’élongation dont il a été victime ne le privera pas des pistes pour une longue durée.

Détection sur tout le territoire national

Comme l’indique le président de la fédération d’athlétisme du Burundi Dieudonné Kwizera, le programme du Cross-country pour l’édition qui s’achève a été lancé à partir du mois d’Octobre 2019 avec des compétitions pour la détection des talents au niveau des communes. Les meilleurs athlètes, poursuit-il, ont ensuite disputé des courses au niveau provincial et les brillants d’entre eux ont participé aux compétitions régionales. Et de conclure que ce championnat national a réuni ceux qui se sont qualifiés dans les 4 zones de subdivision de l’athlétisme à savoir le Sud, Nord, Centre-Est et l’Ouest. Reconnaissant la difficulté de réunir tous les paramètres de mesure des performances, le président Kwizera est optimiste quant au niveau des athlètes qui ont affiché pas mal des chronos qui attendent les compétitions sur piste pour confirmer si l’opération de détection sur le territoire national a rencontré des succès. Comme on approche les JO de Tokyo, l’ancien champion Muvuduka reste confiant et compte sur les prochains rendez-vous internationaux pour les athlètes locaux de décrocher leurs minimas. Le président de la FAB redoute le non-lieu de ce grand événement planétaire suite à l’épidémie Corona Virus qui sévit en Chine et qui gagne du terrain au Japon limitrophe qui est le deuxième pays le plus infecté. Il s’appuie sur la suspension du championnat du monde en salle qui devrait se tenir en Chine mais qui a été annulé ensuite.

Pour le moment, le Burundi compte deux athlètes qui se sont déjà qualifiés aux prochains JO sur le marathon, deux potentielles qualifications pour Antoine Gakeme et Eric ainsi que deux possibles tickets pour Thierry Ndikumwenayo et Onesphore qui travaillent durement pour y parvenir. L’internationale Francine Niyonsaba qui ne disputera plus les 800m s’entraîne actuellement sur les 5000m pour décrocher sa qualification.

Voici le classement individuel sur les 4 épreuves disputées :

  • 3 Km Cadettes : Irène Niragira (10’43’’11), Angélique Niyonemera (10’55’’48), Jeanine Kezimana (10’58’’83), Diella Nishimwe (11’5’56), Hyacinthe Nininahazwe (11’7’28).
  • 4 Km Garçons : Désiré Niyomwungere (12’2’’16), Fred Igiraneza (12’7’’40), Léandre Hamenyimana (2’9’’38), Lionel Nininahazwe (12’16’’48), Edmond Ndayizeye (12’30’’83).
  • 8 Km Dames : Francine Niyomukunzi (29’46’94), Francine Niyomwungere (30’11’68), Anita Niyonsaba (31’22’’24), Irène Karire (31’33’36).
  • 10 Km Hommes : Jean-Marie Bukuru (31’01’72), Léonce ndayikunda (31’26’’31), Mélance Ndayisenga (31’48’’86), Emery Kwizera (31’52’’19), Célestin Ndikumana (31’56’’27).