Tennis de table

Fraternisation autour du tennis de table dans une école des Sourds à Kamenge

Par Joseph Bizimana 

Soutenu par l’ambassade de France au Burundi, l’Appui aux Initiatives des Personnes Handicapées (AIPH) a organisé, le 30 Juin 2020 à l’école EPHPHTA pour les Sourds de Kamenge, un tournoi de para Tennis de table.

Plus d’une vingtaine d’élèves en provenance des établissements scolaires comme l’école fondamentale de Mirango I, Foreami de Buyenzi et EPHPHATA pour les Sourds ont participé aux matches livrés dans une ambiance fraternelle. Au tour des tables soigneusement installées dans une salle de classe, les jeunes handicapés se sont amusés à affronter les valides. Des victoires parfois en leur faveur ont prouvé qu’on peut bien rivaliser au ping-pong malgré sa situation d’handicap. Des médailles ainsi que des montres avec calculatrices ont été décernées aux meilleurs compétiteurs de ce tournoi. Côté Filles, Nadège Amida élève au Foreami de Buyenzi s’est classée première, suivie de Kévine Akimana de l’école EPHPHATA pour les Sourd de Kamenge, Éliane Bizimana de Foreami et Éliane Bigirimana d’EPHPHATHA. Chez les Garçons, l’équipe Foreami de Buyenzi a raflé tous les prix successivement avec Samuel Bizimana, Halidi Sindayihebura, Moussa Ramadhan et Djazibar Nkunzimana. Afin d’encourager l’esprit du Fair-play dans le jeu, deux filles (Kévine Akimana et Chancelline Kwizera de l’Ecofo Mirango I) ainsi que deux garçons (Gaël Rweso de Mirango I et Meschak Rukundo d’EPHPHATA pour les Sourds ont été primés pour cette occasion.

Les organisateurs de ce tournoi l’on placé sous le thème « Ne laissons personne derrière dans le Handisport » pour marquer l’inclusion qui est visée par ce projet exécuté dans l’initiative globale de l’ambassade intitulée Jeunesse, Sports, Inclusion et Cohésion Sociale (JESICS). Le week-end du 20 Juin 2020, l’AIPH avait organisé les finales du tournoi du Sitting Volleyball au chef-lieu de la commune Gihanga. Il a mis aux prises les clubs basés à l’Ouest du Burundi notamment ceux des provinces Cibitoke, Bubanza ainsi que la commune Gihanga.

 

Initiative saluée par les bénéficiaires

Lievin Kaze, jeune Sourd et muet de l’EPHPHATA qui a pris la parole au nom des garçons pongistes salue l’organisation de ce tournoi qui met en valeur les enfants vivant avec handicap. « Nous avons été tellement enchantés de voir nos camarades du centre battre leurs adversaires non handicapés raison pour laquelle nous les avons vivement applaudis », a-t-il exprimé avec fierté. Lui qui n’avait jamais joué avec « des enfants qui parlent » se réjouit de constater qu’il peut même s’imposer et obtenir des prix.

Pour sa part Chancelline Nihimbazwe, jeune fille de l’école EPHPHATA pour les Sourds de Kamnege, cette initiative permet aux jeunes vivant avec handicap de s’exprimer et montrer ce dont ils sont capables. Après la remise des prix aux participants, la jeune Sourde a tellement apprécié le moment de partage avec les non handicapés qui ont échangé avec leurs nouveaux amis en utilisant le langage des signes.

Des compétences ignorées par l’entourage

Selon la directrice de l’Ecofo Mirango Mme Domaides Nduwimana, les enfants vivant en situation d’handicap viennent de montrer qu’ils sont capables de réaliser des exploits sportifs et ne sont plus à sous-estimer ou cacher comme certains parents l’ont fait à tort dans le passé. « Les prix qu’ils viennent de décrocher prouvent qu’ils ont des compétences que l’entourage a souvent tendance à négliger », déclare-t-elle. Et d’ajouter que si l’encadrement sportif se fait régulièrement, ils peuvent s’améliorer et représenter valablement le pays dans diverses compétitions internationales pour les personnes handicapées. Afin d’encourager les enfants à pratiquer les sports malgré leur handicap, la directrice a cité ses avantages comme l’amitié, l’inclusion et la cohésion sociale des jeunes à travers les rencontres et les moments des partages avec les autres issus de divers milieux.

Une jeune pongiste Sourde reçoit une montre avec calculatrice en récompense

Des réalisations à la hauteur des attentes

Démarré depuis le début de l’année scolaire au mois de Septembre, indique Mlle Alice Dukundane, ce projet initié par l’Appui aux Initiatives des Personnes Handicapées grâce au financement de l’ambassade de France au Burundi avait pour but de cibler les clubs et les ressembler dans des compétitions pour faciliter leur inclusion dans la société à travers la pratique sportive. La coordinatrice de ce projet est satisfaite des réalisations qu’elle trouve à la hauteur des attentes de son association. « Au sein de l’AIPH, nous sommes ravis des performances des jeunes pongistes qui ont réussi à améliorer leur niveau de jeu et viennent de montrer qu’ils sont capables d’exploits comme les autres enfants sans handicap », s’est-elle félicitée. Aux responsables des établissements scolaires et encadreurs des enfants qui ont participé à ce tournoi, Mlle Dukundane leur exhorte à poursuivre l’encadrement de leurs élèves pour mieux s’épanouir dans leur éducation.

Afin d’améliorer le niveau d’apprentissage chez les Sourds, la pongiste Floride Nibizi qui a longtemps été championne dans sa catégorie suggère aux entraîneurs des Sourds à se faire assister par ceux qui maîtrisent le langage des signes pour faciliter la compréhension des techniques du jeu aux enfants vivant avec cet handicap.